Ce nouveau système ne serait-il pas la cause d’instabilité, d’élections trop fréquentes et de gouvernements minoritaires à répétition?

Depuis que l’Italie a réformé son système électoral dans les années ’90, le Canada est la démocratie la plus instable de toutes les grandes démocraties avec 21 élections depuis la Deuxième Guerre mondiale contre 18 pour l’Italie. Nous élisons continuellement soit des gouvernements à fausse majorité (une majorité de sièges sans une majorité de votes) soit des gouvernements minoritaires instables aux dépens des priorités à long terme de notre pays. Notre système électoral est en grande partie responsable de cette situation malheureuse…En ce qui a trait à l’élection ontarienne de 2011 seulement 2% séparait les deux principaux partis mais l’un a eu 49% des sièges tandis l’autre en a eu seulement 35%. À l’Ile du Prince-Édouard, 40% du vote ne donne que 19% des sièges. Mais haussez cela à 50% et ce parti domine avec une majorité de 81%. Lorsque des changements relativement faibles dans les sondages font la différence entre « être relégué aux oubliettes » ou « détenteur du pouvoir absolu », on peut facilement comprendre alors pourquoi nos politiciens et politiciennes semblent être constamment en mode agressif de campagne. Sous un système de représentation proportionnelle, un changement de 2% dans les sondages représenterait seulement un changement de 2% dans le nombre de sièges. Politiciens et politiciennes seraient tellement plus axés sur l’atteinte des priorités à long terme de notre pays plutôt que de chercher à « dévaloriser l’autre parti » pour améliorer sa popularité dans les sondages et déclencher encore une autre élection. Des gouvernements minoritaires sous un tel système signifieraient coopération et compromis plutôt que confrontation et instabilité.

À Propos